Air Famille

Cash city: Moscou

Globe-trotter en famille et en redemander ? Embarquement immédiat avec la Famille Globe-trotteuse.

Notre page Facebook ici

Moscou fait dans la démesure avec fierté: le boom financier post communisme a fait une série de nouveaux riches. Ainsi, vous croisez à tous les coins de rue un des 60 000 millionnaires moscovites...les milliardaires ne sont pas en reste, puisque la ville accueille également la plus grande concentration de ces privilégiés, et ce, sur la planète.

Impressionnant, non ?

Cash city

C'est la ville la plus chère du monde (dixit Lonely Planet). Les grandes marques sont très présentes, et ce, aux quatre coins de la ville. Bon, j'avoue que je ne vais pas me plaindre de faire tout cet allèchant lèche-vitrine, toutefois, on n'entre pas au magasin-hors-de-prix comme dans un moulin.

Ainsi, nous voilà en famille à admirer des poupées à 9000 roubles (300USD), je ne cesse de répéter aux filles de ne pas toucher...

-Mais maman, est-ce que ça coûtera quelque chose, si on ne fait que les regarder ? me lance Ismaëlla exaspérée.

L'habit fait le moine

J'étais avisée, mais faut le voir pour le croire. Les Moscovites sont beaux, élégants, et ce, même à -40 degrés. Pas de traces du profil sport non stylisé. Ici, on a beau côtoyer le vent de Sibérie, on le fait avec classe ! Les fourrures sous de multiples déclinaisons affichent un statut social.

Côté chapkas (chapeaux de fourrure), ils sont partout et on comprend aisément pourquoi; c'est un bien essentiel. Faut bien s'imprégner du style toutefois; ça impose.

Dans certains magasins du centre-ville, on s'empresse d'effacer les traces de neige laissées par nos bottes sur le carrelage étincelant. Malaise.

Le GOUM

Le GOUM célèbre lieu commercial au centre-ville de Moscou. 1000 boutiques s'y retrouvent.

Ancien magasin universel d'état, le GOUM est le rendez-vous par excellence pour dépenser ses roubles.

L'endroit est magnifique avec sa façade ouvragée du XIX ème siècle, voisin de la place Rouge. Il est un arrêt de survie, lorsque l'on souhaite se décongeler un brin après une chouette promenade aux alentours; Kremlin, place rouge).

Depuis la perestroïka, il est devenu une galerie marchande fort courue. On y trouve un millier de boutiques plus prestigieuse les unes que les autres...

Une multitude de cafés vous accueillent. Nous nous sommes délecté de sandwiches au caviar !

Le fameux GOUM

Signé,

Maman Globe-trotteuse

Un article rigolo sur l'art de la survie vestimentaire en Russie.

  http://larussiedaujourdhui.fr/articles/2010/11/01/les_douze_commandements_de_la_mode_russe04669.html


Publié à 06:49, le 26/01/2011, dans EUROPE en famille, Russie
Mots clefs : air famille. moscoumaman globe-trotteuse

{ Lien }

Aventures au coeur de Mockba (Russie)

Globe-trotter en famille et en redemander ? Embarquement immédiat avec la Famille Globe-trotteuse.

Notre page Facebook ici

Je croyais bien  que Moscou, malgré son statut de plus grande ville d'Europe, était une mégalopole parmi d'autres avec ses 10 millions d'habitants.

Erreur.

Mon choc cultutrel en a été amplifié.

Emblême patriotique du parc des statues, MoscouIl est vrai que notre arrivée a quelque peu été perturbée. Tout comme l'obtention des visas qui fût très difficile. À Montréal, on nous a fait reprendre de A à Z les papiers officiels. Formulaire mal imprimé, crayon pas de la bonnne couleur, photos qui ne cadraient pas. Trois heures, dans le minuscule consulat, à tenter de comprendre une procédure qui s'est révélée onéreuse pour notre famille de quatre.

Puis, la veille de notre départ, nos hôtes , le coeur déchiré, nous lâchent un coup de fil depuis leur hôtel de Paris pour aviser qu'ils ne pourront pas nous recevoir en personne lors de notre arrivée. Pas eu leurs visas à temps. Ils se confondent en excuses. Nous sommes tristes à l'idée de ne pas les retrouver: nous adorons la famille Staudt-Salomon rencontrée en Afrique. Ils habitent maintenant Moscou.

J'ai le sourire en coin; mais qu'est-ce qui nous attend ?

Déjà, c'était quelque peu surréaliste avec l'attentat terroriste de la semaine précédente (lire mon article Se faire explorer ses valeurs), mais je ne lâche pas le morceau: envers et contre tous, nous allons fouler le sol du plus grand pays au monde.

Une arrivée remarquée

Nous arrivons à la tombée de la nuit. Moscou by night est animée. Circulation dense, édifices imposants, effervescence citadine sans contredit.

Nous sommes heureux d'arriver à l'appartement de nos amis. Un quartier recherché à deux pas du Kremlin. J'ai les clés et ouvre le portail avec fierté. Enfin, nous allons nous reposer un peu, beaucoup d'émotions dans les dernières heures.

Le gardien du building ne le voit pas ainsi tout à fait. Mon sourire et mes dents blanches ne lui font aucun, mais alors là je répète, aucun effet. Je lui tend le trousseau de clés de notre destination pour lui montrer les photos des enfants qui y habitent sur le porte-clés.

Rien à cirer.

Le gaillard nous bloque le chemin. Pas question d'entrer chez nos amis, même si on a les clés, même s'il est plus de 22 heures...Il tente de rejoindre le propriétaire de l'appartement, puis finalement nous sommes sauvé par un appel de notre hôte, après moults tentatives vaines de négoces. Soupir.

Vivre à la moscovite

Bien installés dans un superbe appartement (merci les copains !) situé au coeur du centre-ville, nous partons découvrir la ville nordique.

D'abord, il faut faire le marché: la nourriture est relativement similaire à ce dont Moscou plus grande ville d'Europe avec plus de 10 millions d'habitants en villenous sommes habitués, le seul hic: impossible de lire les étiquettes. C'est fascinant nous voilà à analyser les dessins et à tenter de reconnaître nos aliments favoris. Un comptoir de mets préparés semble idéal pour découvrir la nourriture typique. Je fais fièrement mes choix que je sers pour dîner à ma famille.

-Ah non ! Je croyais que c'était de la quiche ! s'exclame maman Globe-trotteuse en goûtant sa trouvaille spongieuse.

-C'est quoi, alors ? demande l'intrigué.

-Du gâteau au fromage ! avoue-t-elle penaude.

-Alors là bravo ! Un repas consistant...se moque-t-il.

L'anglais n'est pas courant dans la capitale. L'alphabet cyrullique nous apparaît un coefficient de difficulté de niveau élevé. Les restos & cafés ne sont pas à tous les coins de rue. Culturellement, ce sont plutôt les caféterias qui ont la cote. Oui, oui, les russes sortent à la cafet le samedi soir, relan de l'ère communiste.

Un concept attirant puisque la communication est réduite au strict minimum ! Facile de pointer les mets dans le comptoir et de se les faire servir. Et le montant de la facture apparaît sur la caisse enregitreuse. Génial ! On profite de l'opportunité au maximum. 

Mu-Mu Café de Moscou: ma cafét préféré ! Les enfants adorent...Ne faites pas la moue devant pareille expérience. Rendez-vous chez Mu-Mu café: ma sélection préférée. Il s'agit d'une chaîne, plusieurs établissements ont pignon aux quatre coins de la ville. Celle de la rue Arbat (une artère touristique) est la plus achalandée, mais Oh bonheur ! une demoiselle nous présente le contenu de ses comptoirs dans un excellent anglais dont la fameuse borch aux betteraves. 

Abordable en plus, pour moins de dix dollars USD, on a droit à un régal glouton (breuvage et dessert inclus). 

Et quel bonheur de s'y rendre avec des enfants ! Ils sont bienvenus.

www.cafemumu.ru

Une réconciliation festive pour la famille Globe-trotteuse.

 Signé,

Maman Globe-trotteuse

 


Publié à 06:25, le 25/01/2011, dans EUROPE en famille, Russie
Mots clefs : moscou en famillevoyage avec enfantsair famillemaman globe-trotteuse

{ Lien }

Se faire exploser ses valeurs

Globe-trotter en famille et en redemander ? Embarquement immédiat avec la Famille Globe-trotteuse.

Notre page Facebook ici.

J’ai saisi l’horreur.

Elle a fait voler en éclats mes valeurs.
Des corps déchiquetés, une noirceur, un silence de mort. En quelques secondes, trente-six innocents perdent la vie. Des dizaines d’autres deviennent dépossédés de l’amour de leur vie, de leur chère maman ou de leur petit frère adoré.
D’autres, comme moi, ont perdu leur insouciance.
L’aéroport international de Domododevo (Moscou) vient d’être la cible d’un attentat barbare. Vécu en direct, gracieuseté des médias sociaux. Des atrocités plein l'écran. Horrible, je vous dis.
Nous sommes le 25 janvier 2011.
Je dois me concentrer, je suis au boulot. Ma boîte de courriel déborde soudainement de messages d'amis "Êtes-vous partis pour la Russie ?".
J’ai le regard absent. La peur au ventre.
Partir ou rester ?                
Dans une semaine pile, moi, Chéri et nos filles de deux et trois ans devons fouler le sol, désormais souillé, des arrivées internationales.Précisément à cet endroit, où vient de rouler la tête du kamikaze qui s’est fait exploser.
Guerre de territoire, revendications tchétchènes. Je ne comprendrais sans doute jamais assez.
Ce soir, c’est aussi mes valeurs que ce martyr a bousillé.
Découvrir la planète, bourlinguer en famille et clamer haut et fort qu’il n’y a rien de plus amusant; c’est ma maxime.
Je déchante carrément. C’est quoi ce bordel ? La question est sur toutes les lèvres « Vous n’allez pas en Russie, j’espère ?»  demande notre entourage stoïque. Une collègue tente de me rasssurer "C'est fini Caroline. Le triste évènement a eu lieu".
Tout est planifié depuis des mois pour notre quatuor.
Cette envie de croire que c’est un acte isolé. Mais, ce serait oublier la bombe de mars 2010 dans le métro moscovite. Deux femmes s'étaient enlevé la vie tuant 40 personnes.
 
Arrivée solonnelle
La poussière retombée, je m’empresse de vérifier la cote de sécurité du pays sur le site du ministère des affaires étrangères du Canada C’est vert, elle n’a pas bougé d’un ioata. On recommande simplement d’éviter les aéroports et les transports publics aux heures de pointe. Je fais comment au juste pour arriver sans passer par l’aéroport ?
Fleurs pour honorer la mémoire des victimes de Domodedovo Domodedovo est un aéroport tout à fait moderne et… normal. Rien à signaler. Sauf peut-être toutes ces fleurs qui jonchent le sol. In memorium. Tout est déjà reconstruit, malgré les dommages importants.Fierté nationale oblige. Ça sent la peinture. Ismaëlla nous demande pourquoi les gens laissent de si belles fleurs par terre ?
Je me cache le visage pour ravaler mes sanglots.
Maman Globe-trotteuse ne saura pas répondre. Chéri détourne le regard.
Jamais je n’oublierais la leçon.
La liberté (de penser, de bouger, de se déplacer) peut avoir un prix.Celui de croire en ses valeurs : le monde peut être meilleur,il ne faut pas renoncer à vivre.
C'est fondamental.
Ce kamikaze a donné un prix à mon envie de voyager. Il m’a fait réaliser qu’il s’en faut de peu pour tout foutre en l’air. Il a fait de moi une aventurière plus consciente, qui connaît son privilège de se vautrer dans la liberté.
Une maman qui saura un jour expliquer que ce monde, si merveilleux soit-il, comporte son lot de tragédies.
Bien malheureusement.
Signé,
Maman Globe-trotteuse
Un aéroport endeuillé
 

www.france24.com/fr/20110124-russie-moscou-aeroport-domodedovo-explosion-attentat-suicide-kamikazes-victimes-morts-interfax


Publié à 06:40, le 24/01/2011, dans EUROPE en famille, Russie
Mots clefs : globe-trotter en familleair famillemaman globe-trotteuseMoscouRussie

{ Lien }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos
Facebook

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



«  Août 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031 

Sites favoris


Voyage-enfants Ulysse
Voyage & enfants (voir nos articles de collaboration)

Rubriques

AMERIQUES en famille
ASIE en famille
BIO FAMILLE GLOBE TROTTEUSE
CARAIBES ANTILLES en famille
ECHANGER SA MAISON
EUROPE en famille
OCEANIE en famille
ON PARLE DE NOUS !
POURQUOI PARTIR EN FAMILLE

Derniers articles

Changement de site-suivez-nous....
7 trucs sur Bali pour Stephen PM
Une belle histoire d'espoir nicaraguayenne
Voyager avec une ado 2.0 (genre)
Comment je suis devenue la marraine d'un taureau !
Échanger sa vie
Apprendre une nouvelle langue en famille
Rencontres insolites en voyage
Musarder en famille, vous connaissez ?
Vivre à 5 sur un voilier: la Famille Pirate
La Martinique en famille
Et si bébé naît en vol ? On fait quoi ?
Tankini blues
Souvenirs de 2012: bilan de la Famille Globe-trotteuse
Bali en 3 saveurs
Fremantle (Australie) : les adresses coup de cœur !
Une frousse australienne nommée cyclone
Ça sent bon la campagne australienne !
Jack le koala rédempteur
Tomber en amour avec Freo

Amis


Newsletter

Saisissez votre adresse email