Air Famille

"Maman nous a fait rater l'avion !"

 
Je ne me suis pas précipitée pour vous raconter cet épisode de la fin de l’aventure en Malaisie de la Famille Globe-trotteuse (mars 2012). 
Vous me pardonnerez, entre la honte (texte ci-après), les voisines qui se pointent pour le thé, Néné (grand-maman en indonésien) qui est venue à Bali et le quotidien bien remplie de notre expatriation (c’est fou être aussi occupés en vacances !), je me surprends parfois à penser que j’avais un travail (coucou mes collègues), des amies (vite un catch up les filles) et une maison avec pas trop d’insectes…(tiens, on appréciera ce côté au retour).
* Revenez, dès JEUDI le 26 AVRIL,  je vous prépare un concours sympa ! Gâteries à gagner. Car vous savez quoi, dès la semaine prochaine on REPART bourlinguer. Oui, oui, pour 2 semaines…dans une destination mystérieuse à deviner !
 
" Maman nous a fait rater l'avion ! "
J’adooooore prendre l’avion.
Je lui voue un véritable culte
C’est toujours un ultime cérémonial chez moi. La sensation de boucler ses valises est toujours plus que ça. Le plaisir d’être libre, de s’envoyer en l’air ! Vous ne me verrez jamais en baskets sur le tarmac. NOooon ! Pour moi ma carte d’embarquement est un carton d’invitation à la détente et au plaisir où je joue le rôle de la passagère bien mise voire protocolaire (version maman, on s’entend).
Qui ne se réjouit pas à la vue de la bouteille de champagne gracieuseté d’Air Des fans finis du tarmac !France ? Ou plus doux encore, se faire offrir un accès illimité au chocolat suisse par les agentes de bord de Swiss (histoire vécue par Coco aux pleurs fatigués). Les fleurs remises par Thaï; quelle classe ! Et que dire du service impec de Cathay Pacific ? Notre Ella s’est fait offrir « ses ailes » par un pilote de Delta. Elle les accroche fièrement sur son sac à dos. Ma plus récente surprise provient de Air Asia et ses avions funky. Je passerais ma vie dans les nuages.
Mon blog se nomme Air Famille en hommage à toutes ces aventures aériennes (parce qu'une familia c'est une sacrée aventure en soi).
Je crois franchement que je suis une réincarnation d’hôtesse de l’air ! Ahhhh, le bonheur ce job. Costumes seillants et chignons gommés. Accès  aux strapontins (ces sièges réservés au personnel) et aux délices emballés sous vide à déguster avec des ustensiles version minie (d’ailleurs je ne peux pas m’empêcher de chiper les beaux spécimens de coutellerie aérienne (j’en ai toutes une collection !).
Pourtant je savais bien que l’épée de Damoclès me pendouillait au dessus de la tête !
Un jour ce serait mon tour…c’était écrit dans le ciel.
Déjà, en Espagne on y avait gouté lorsque penaude, à la porte d’embarquement on nous avait prévenu que 300  passagers nous attendaient (trop chouette les magasins d’aéroports). Vous devinez que je suis davantage baba cool que l’anxieuse qui se ronge les sangs. Alors, parfois, je suis un peu trop relax. Dernièrement en Thaïlande, une confusion d’heure, gracieuseté du décalage horaire, a donné lieu à une peur de ne pas être à bord de notre vol pour Bali. Mais c’était une bonne frousse, rien de plus.
Horreur !
Me voilà donc au Suria Mall, le cœur battant de Kuala Lumpur, que j’ai visité jusqu’à être nauséeuse. Ce magnifique mégacentre d’achats est une micro société dans les profondeurs des Tours Petronas. Vous souhaitez visiter un centre scientifique où votre garçon va en apprendre sur les dinosaures ? Il y en a un ! Et que dire de L’Aquaria, des spas, des restos de tous acabits, du food court japonais (miam, les sushis) jusqu’aux douceurs au fameux durian (gros fruit nauséabond). TOUT y est !
Le paradis.
Genre qui vous fait perdre la tête ( en tout cas après quelques mois de boutiques hippies de Bali, où l'ensemble de yoga est le nec-plus-ultra).
J’étais donc à fouiner les soldes chez Chanel (ne cherchez pas, rien n’est à rabais finalement) lorsque je fus FOU-DROY-ÉE !
!!!!!!!!!!!!!!
Les sueurs froides. Le temps qui s’arrête.
Je n’entends plus.
Je sens que quelque chose se joue sans moi actuellement.
Coco tire sur mon coin de chandail. Mon cerveau vient de se réactualiser.
Bref, je viens de piger que c’est le bordel.
Il est 15 :00.
Notre vol est à 16 :00.
C’est foutu. Je l’ai tout de suite su. L’aéroport est à 90 minutes. Les bagages encore à l’hôtel.

À mon agenda j’avais noté « retour 19 :00 ». J’ai donc organisé tout en fonction de cette heure écrite à l’encre indélébile dans mon cahier et confondue avec l’heure de départ (16 :00).
Et je me suis gourée.
Pas mal en plus.
Haletante, je rejoins chéri qui ne comprend d’abord rien à ma mine déconfite.
Confuse, je lui explique toute mon embrouille cervicale. Il demeure d’un calme olympien. Ne m’a pas fait la vie dure (vouloir être romantico, je dirais que c’est pour ça que je l’ai épousé).
Ouch. Billets à rabais non remboursables. Ouch. Rachat de billets. Quatre fois my dear.
« Maman nous a fait rater l’avion ! » s’exclame une Ella découragée de son modèle maternel.
Le modèle maternel est repentant, pris de remords et ajoute : pense aux 32 vols que tu as pris ma chérie. Maman en a loupé qu’un seul. Un seul petit vol après tout.
Morale de l’histoire:
Je n’ai surtout pas reparlé du sac griffé alléchant (et désiré) aperçu chez Chanel.
J’ai jugé que ce n’était peut être pas le moment.
S’tie *
 
Signé,
Maman Globe-trotteuse
 *Très gros juron québécois, pas beau du tout du tout, surtout pas devant les enfants.
 
Ahhhh CHANEL ! Tu me fais perdre la tête !
PS1-En plus on a découvert un café super le lendemain, the apartment avec vue sur le parc situé devant les jumelles majestueuses. Bienvenue aux familles (menu pour enfants, coloriage). Bon rapport qualité-prix (à l'entrée du Suria Mall) côté parc.
The apratment, un resto café sympa aux pieds des majestueuses, Kuala Lumpur, Malaisie
PS2-Et en me levant ce lendemain matin improvisé, je m’apprête à lire le journal de Kuala Lumpur, ce que je vois en première page du journal et bien un article sur la course en canoë de Québec (Carnaval de Québec). Ma patrie, ma ville, mon chez moi. Quelle surprise ! Woow, ça intéresse les malaisiens...
Incroyable article sur le Carnaval de Québec !

Publié à 15:48, le 24/04/2012, dans ASIE en famille, Malaisie
Mots clefs : malaisie en familleair famillemaman globe trotteusevoyage en famille

{ Lien }

Kuala Lumpur version famille (mais pas que !)

 

Les parents Globe-trotteurs se métamorphosent souvent en animateur de camp de vacances pour amuser la clique ! Lorsqu’on me présente sur un plateau argenté un flot d’activités, plus enivrantes les unes que les autres, je suis aux anges !

Kuala Lumpur, capitale malaisienne, répond exactement aux besoins des familles en ce sens.
Cette citée de taille moyenne offre de nombreuses attractions touristiques de qualité supérieure.
Deux coups de cœur qui sauront plaire à tous, et ce, accompagnés de marmots ou non.
Attraction no 1:
KL Bird Park (www.klbirdpark.com)
La plus grande volière accessible au monde !
À seulement 10 minutes du centre-ville, vous entrez dans une cage de 21 acres Le coin des flamants roses du KL Bird Park, Malaysiaavec d’immenses jardins ombragés (un répit de la chaleur ardente).
La plupart des oiseaux sont en semi-liberté et vous salueront en se pavanant, dans le cas des paons multicolores.
Même Chéri qui doutait que nos amis à plume pouvaient l’impressionner s’est laissé prendre au jeu !
Le site est magnifique : on avait une impression de Zoo de Central Park (visité l'été dernier) : mélange de nature & d’urbanité. Que dire de l’amphithéâtre qui présente un spectacle d’oiseaux savants : venez voir comment on s'y prend pour nourrir des aigles ou des autruches.
Faites gaffe ! Les amis à plumes sont tout autour de vous et vous guettent...
Monsieur a croqué l'objectif de mon appareil photo !
Ce mignon cockatoo a attaqué l'appareil photo.
L’objectif qui avance vers lui ne lui a pas parût sympathique. Mais je l’ai bien eu ce coquin !
Un restaurant le Hornbill Restaurant & Cafe est accessible sur place (si vous suivez l’horaire des spectacles la visite peut facilement se prolonger sur la journée entière) et une mignonne boutique de souvenirs,  saura satisfaire votre envie de ramener la mascotte-logo du parc, le fameux hornbill.

Les oiseaux sont en liberté tout autour de nous. Les petits & les grands en ont plein la vue !

Paon

Un déploiement digne de Monsieur le Paon !

 Le paon a réussi son effet, Ella est bien impressionnée !

Notre cockatoo mordeur de caméra !

Quel éclat dans le pelage !

Chutes du KL Bird Park, Malaisie

 

Attraction no 2

Aquaria (www.aquariaklcc.com)

Découvrir, apprendre et expérimenter

Prenez le temps de venir faire connaissance avec plus de 5000 espèces différentes dans plus de 60 000 pieds carré d'eau. L'Aquaria, c'est une expérience marine unique en son genre.

Les bassins remplis de poissons plus étranges les uns que les autres font quelques frayeurs aux filles. Il est permis de toucher les spécimens et de finalement satisfaire leur curiosité.

Le côté éducatif est mis en relief et fortement apprécié. Nombreux messages de conservation de l'environnement, particulièrement, en ce qui concerne les requins ! Oui, ils sont menacés et spécialement en asie où la pêche aux requins est populaire : les ailerons sont utilisés pour faire de la soupe.

Le spectacle qui a lieu dans l'aquarium géant où l'on peut observer un plongeur qui nourrit les poissons est un véritable hit.

Le clou de la visite demeure le tapis roulant (90 mètres entourés d'eau), ce dernier permet de pénétrer au coeur de l'océan et de voir la faune quatique se promener au-dessus de nous. Les filles l'on refait à 4 reprises sans cesser de s'émerveiller à chaque fois !  Une rencontre mémorable avec le monde sous-marin.

Cette visite peut se jumeler avec celle des Tours Petronas (situées à proximité) ou encore une virée au centre ville ou au Suria Mall. D'une durée d'environ 2 à 3 heures, la tournée au coeur de l'Aquaria est un excellent divertissement !

Du bon temps, c'est promis !

Signé,

Maman Globe-trotteuse

 Oui, on peut toucher les spécimens directement dans le bassin.

On peut toucher les spécimens directement dans le bassin. Les enfants ne se font pas prier pour tremper les patouilles !

Des piranhas, des vrais !

Des piranhas, des vrais ! Aïe !

 

 

 

 

Possibilité d'avoir un tour guidé. De plus, des expériences uniques sont possibles: dormir à l'Aquaria, se tremper avec les requins dans les bassins, nourrir les poissons, vous n'avez qu'à demander.

Signé,

Maman Globe-trotteuse


Publié à 14:08, le 23/04/2012, dans ASIE en famille, Malaisie
Mots clefs : malaisie en famillevoyage en familleair famillemaman globe-trotteuse

{ Lien }

Une capitale vibrante: Kuala Lumpur

 
Voici la poursuite du périple de la Famille Globe-trotteuse dans la capitale malaisienne (mars 2012).
 
Kuala Lumpur la cosmopolite !KL pour les intimes.
Kuala Lumpur surprend.
3 millions d’âmes : une capitale de taille moyenne dont l’énergie transcende ses avenues qui se rejoignent aux Tours Petronas : les majestueuses jumelles les plus hautes au monde (portant le nom du géant pétrolier malaisien). Ces dernières culminent à 452 m avec 88 étages. (gratuit et possible de visiter, soyez matinaux puisqu’il faut un billet et les entrées journalières sont limitées).
Directement aux pieds des tours se situe le Suria Mall: un immense centre d'achats (qui a fait perdre la tête à Maman Globe-trotteuse qui racontera le rocambolesque épisode sous peu), une promenade avec cafés & restos ainsi que d'immenses bassins dont émergent des jets d'eau illuminés, le soir venu.
Une ambiance urbaine et désinvolte.
Notre famille apprécie. Chéri est subjugué: "C'est beau, bon, propre et tout y est facile " ! Même la pollution semble ne pas être au rendez-vous.
Selon un palmarès des villes les plus visités au monde, KL se classe en 7ème position après Paris, London, Anatalya, New York City, Dubai et sa voisine, Singapore.
Ça vous surprend, n’est-ce pas ?
Cette contrée est encore préservée du tourisme de masse.
La forte empreinte cosmopolite se qualifie de principal atout de la citée. Nous logeons au cœur du quartier chinois près du centre-ville.
Le Furama, un récent hôtel 4 étoiles aux accents tendance. 
Un côté classique qui attire une clientèle d'affaires. Ce qui donne lieu à des sourires lors du déjeuner au gargantuesque buffet : notre quatuor détonne à travers les complets bcbg (on fait un effort tout de même !).
L'excellent rapport qualité-prix a favorisé cet endroit. Vous connaissez mon penchant pour le site agoda.com, je l'ai utilisé à nouveau.
Les familles sont rares à notre hôtel. À l'extérieur tous les jours, cela ne nous incommode pas et c'est sympa de retrouver le soir venu, un hôtel chic et astiqué. Ambiance lounge certains soirs avec musique live. Le personnel peu habitué à avoir des petits, doit changer l'argenterie lourde pour des ustensiles plus appropriés. Service impeccable. Seul bémol: internet n'est pas disponible gratuitement dans certaines chambres.
 
Les Petronas version nocturne devant le Suria MallUne offre généreuse sans offenser votre bourse
Les restos de toutes les saveurs permettent à vos papilles de s'éclater ! On ne sait plus où donner de la tête. Même les food court des centres d'achats sont appréciés: bon, rapide et rassasie  la famille pour moins de 30 ringgit malaisiens (10$CDN). Incroyable. Le végétarisme est bien ancré, miam !
Un tour de ville s'impose pour bien s’imprégner du sens de cette multiculturalité.
 
 
Le Musée National
Nous voyageons en famille. Pas question toutefois de louper tous les aspects culturels au profit des parcs ludiques. Les filles auront bien leur heure de gloire sous peu (prochain article).
Le Musée national est un établissement accueillant où votre enfant pourra être à l’aise de courir s’il ne sait pas lire ! Un musée intéressant et aéré.
Le lieu de savoir est découpé en 4 galeries :
Galerie1-La pré-histoire: mise en scène d'hommes préhistoriques donne froid L'ere coloniale: influence portugaisedans le dos aux petits.
Galerie 2-Les royaumes malais: tenter de comprendre l'enfilade des nombreux royaumes au fil des siècles (pas une mince tâche !).
Galerie 3-L’ère coloniale: les différents pouvoirs qui se sont succédés à commencer par les Portuguais, les Néerlandais, les Britanniques, les Japonais. Tous ont eu une influence économique, sociale et politique sur le pays.
Galerie 4-La Malaisie aujourd’hui (ma préférée !). La formation du pays tel qu'on le connaît date de 1963.  
*Notez qu’il est possible d’avoir un tour guidé en anglais (les lundis, mercredis, jeudis et samedis 10 :00) et en français (mardi, jeudi 10 :00).
Prix : 5.00 RM-adultes, 2.00 6-12 ans, enfants gratuit.
Un 3 musées en 1
Deux musées sont adjacents au Musée national et valent le détour. Le premier, le Musée ethnologique malais (coût modique) propose des scènes colorées de la vie malaise. Le deuxième, plus petit, est gratuit: le Orang Asli Craft Museum. Admirez des reproductions d'arts malais au fil des temps, d'habitations traditionnelles, de masques.
Pour une visite version famille des 3 musées compter 3-4 heures.
 
Un incontournable si l’on veut saisir l’essence du pays.
 
 
 
 Sculptures & masques de différentes ethnies.
 
 
 La Malaisie est reconnue pour être refermée sur elle-même. Toutefois, on sent l'envie de s'ouvrir particulièrement concernant les infrastructures touristiques qui sont bien développées. Ce côté réservé fait en sorte que sa culture s'est bien préservée. C'est un riche mélange multiethnique:
Les Malais représentent 65 %, les Chinois 26 %, Les Indiens 8 %, autres 1 % de la population.
 
Chaque groupe revendique ses couleurs, ses odeurs et ses saveurs pour notre grand plaisir.
 
Les mini Globe-trotteuses démontrent un fort intérêt pour les costumes traditionnels et les habits de la monarchie.
Malaysia numéro 1
Le slogan est sans équivoque !
Idée de l’actuel et ambitieux premier ministre qui a un agenda chargé pour son pays. Le peuple malaisien revendique la première place et en fait son cheval de bataille.
Le pays veut prendre le devant de la scène, notamment économique, au profit de ses voisines vedettes qui elles s’affranchissent bien de leur manne touristique (Thaïlande & Indonésie). Les (trop) nombreuses plantations d'huile de palme semblent un moyen privilégié: on peut les apercevoir en sortant de l'aéroport, et ce, sur des kilomètres.
Le royaume Malaisien (fleur nationale: hibiscus)
Nous poursuivons notre visite par la compréhension du système politique malaisien. Il s'agit d'une monarchie constitutionnelle régie par un système démocratique parlementaire fédéral.
Tout comme au Canada, le chef de l'état est  un membre de famille royale soit le roi de la Malaisie.
Le roi Mizan, a atteint le titre ultime après quarante-cinq années de patience, en tant que sultan. À tous les 5 ans, le pays se choisit une nouvelle couronne parmi ses 9 sultans. Ainsi, ils sont certains d'accéder au trône s'ils aiguisent leur patience (le nouveau roi en a eu bien besoin).
Sa majesté Mizan Azinal Abidib et son épouse la reine Nur Zahirah, ne trouvaient guère le palais royal de leur goût et ont eu l’agréable et onéreuse (!) envie d’en avoir un à leurs couleurs.
Voici, le palais royal hérité, mais qui ne plaît pas, semble-t-il !  

 

Voici ci-après, le nouveau palais construit à un coût que l'on préfère taire. Les cars de touristes s'agglutinent aux pieds de la colline afin de photographier la fierté royale.

Pas mal dans le genre milles et une nuit, non ?

Comment ne pas se sentir comme des princesses dans la cour royale de l'Istana Negara (Palais royal) ?

 

 Le pari du nouveau roi est bien réussi ! Son palais fait envie...

 

 

 La garde royale: chapeau ! avec une température ressentie de 40 degrés...

En voilà deux qui se rafraîchissent aux pieds des Tours Petronas.

Les abords d'un monument national en hommage aux soldats morts au combat.

La mosquée nationale de Malaisie où plus de la moitié de la population est musulmane.
Une dame qui tient une cantine mobile. L'usage du voile recouvrant les cheveux est répandu dans la capitale malaisienne.
L'artisanat malaisien est moins impressionnant que d'autres pays du sud-est. Pour nous qui demeurons à Bali, rien n'a soulevé notre passion. Toutefois, leur spécialisation au niveau des batiks (peinture sur tissus) retient l'attention davantage.
Un magnifique batik coloré.Des heures de patience et de finesse pour déposer une à une les couleurs sur le tissus, faire sécher et poursuivre l'oeuvre coloré.
Se déplacer à KL
Les déplacements sont aisés bien qu’il faut comprendre l’offre. Il est souvent hasardeux de héler un taxi sur la rue, car la plupart d’entre eux ne vont prendre que les clients qui ont un coupon préalablement payé. Au sein de la ville, de multiples points de chute servent à effectuer le paiement de votre déplacement à l’avance et ensuite vous le présenter à une voiture de cette compagnie de taxi. Voyageurs,si vous arrivez à l'aéroport de KL, ne sortez pas de ce dernier AVANT d'avoir votre coupon, car une fois à l'extérieur impossible à acheter. Les guichets se trouvent juste avant la sortie.
Nombre de taxis vous prendront en acceptant de ne pas utiliser leur compteur officiel, ils tenteront une négociation. Soyez fermes ayez recours à une autre voiture en cas de mésentente.
Les prix des courses en taxis sont si aléatoires (selon le niveau de connaissance du touriste, son expertise en négos et la gentillesse du chauffeur) que durant notre séjour la ministre du tourisme en a fait une question politique (lu dans le journal). Le tourisme amène des ringgit (monnaie nationale) intéressants au pays, il faut lui faciliter son transport.
 
Dans le prochain article, la version famille des attractions de KL.
 
Et puis, ça vous fait envie la Malaisie ?
 

Climat: équatorial humide 30-32 degrés celsius mais température ressentie de 40 degrés.

1 ringgit (RM)=0,32 cents CDN

Sites touristiques:

www.ontmalaisie.com (français)

www.tourism.gov.my (en anglais et plus complet)

Guide de voyage recommandé: wwwpetitfute.com (très à jour)

 

Signé,

Maman Globe-trotteuse

ps-Vous ne voulez rien manquer ? Suivez nos aventures via la newsletter (à droite de l'écran). Merci pour vos commentaires et n'hésitez pas à écrire.

 


Publié à 09:47, le 17/04/2012, dans ASIE en famille, Malaisie
Mots clefs : maman globetrotteuseair famillevoyage en famille

{ Lien }

Escapade familiale à Kuala Lumpur

 
Il y a quelques semaines, nous quittions temporairement notre Bali des derniers mois pour une balade au coeur de la capitale de la Malaisie. Embarquement immédiat avec l'équipage de Air Famille.
Ici, notre troisième article de collaboration sur le site Voyages et enfants.
 
Le drapeau de la Malaisie qui flotte sur Kuala Lumpur
La famille Globe trotteuse entreprend un visa run, tel qu’exprimé dans un jargon d’expatriation. Nous quittons l’Indonésie en vue de rejoindre une de ses ambassades et de ce port, demander le droit de revenir au pays pour encore quelques mois *(voyageur lisez la note en bas de page).
Notre choix s'est arrêté sur la Malaisie. Plus réservée que ses consoeurs thaïlandaise ou indonésienne, ce pays d'Asie du sud-est évoquait peu d'images dans ma tête. Voilà exactement une bonne occasion pour partir à l'aventure à l'unisson.
Un autre départ...
Lever à 2 :00 du matin (oui, ouch !).
Les filles dorment habillées pour faciliter la transition lit Aéroport de Kuala Lumpur chaud-taxi climatisé. Le transporteur à rabais Air Asia nous accueille ponctuellement. Malgré leur sommeil écourté, les mini Globe-trotteuses trottinent partout dans l’aéroport (Euh, pas leurs parents qui courent plutôt après un Starbuck's).
Le personnel fait des sourires et offres des bonbons. Contaminées par leurs parents, elles raffolent des avions et de l’effervescence aéroportuaire.
Le vol est d’une durée de 5 heures. Arrivée à l’aéroport à 9 heures du matin direction quartier central de KL : le Bukit Bintang où se situent la plupart des ambassades. Une heure trente de route à faire…nous voyons défiler les plantations de palmiers signe d’une économie en croissance (huile de palme).
Respect du protocole
Nous arrivons à l’ambassade d’Indonésie en Malaisie (vous me suivez toujours ?). Il y a foule. Les gens se pressent, se bousculent un peu. Il y a une criée de numéros. Une foire humaine. Je n’ai jamais vu une ambassade de cette envergure. Par quel bout commencer ?
Le garde aux allures de bourreau regarde Chéri et lui fait un non définitif de la tête.
-Vous n’avez pas de pantalons longs ou de sarong (jupe traditionnelle unisexe). Vous ne respectez pas le protocole. Vous ne pouvez pas entrer.
-Quoi ? répond une maman Globe trotteuse qui a hâte d’en finir.
Réflexion en mode neurones pas réveillées.
On s'est tapé un vol avec 2 petites aux yeux embrumés. Elles sont des bombes à retardement; réclameront des tartines, barres tendres, jus et chocolat d’ici peu. On a chaud et soif, on est dans un nouveau pays et on a besoin de ce visa avant la fermeture à midi.
Chéri n'est pas en tenu d'effeuilleur tout de même !
Et vous savez la meilleure ? L'exigence ne concerne pas les femmes. On aura tout vu. Une japonaise en mini jupe fait la file.
Découragement.
Je sens la moutarde forte monter au nez de toute la famille.
Pendant que nous grommelons, arrive d'un pas pressé un jeune occidental. Il est vêtu de la taille aux pieds d’un sac poubelle noir. Rapidement, je saisis que le colosse appliquera son règlement sans fautes. Le routard au short s’est bien débrouillé et son stratagème semble fonctionner puisqu’il est dans la cour intérieure de l'ambassade. Il respecte le règlement: ses jambes sont recouvertes.
-Je vais te faire un sarong Chéri ! Il n’en reviendra pas le costaud !Euhhh...protocole d'ambassade oblige Chéri doit s'afficher en sarong (ici celui de Maman Globe-trotteuse)
Vlan !
J’ouvre ma valise directement sur le trottoir devant nos spectateurs surpris. Parmi les sandales, les robes roses et les trop nombreux cosmétiques, je déniche un truc qui devrait nous sauver.
- (Air de vainqueur ici !)Tiens, un magnifique sarong ! Il est même assorti à mon maillot de chez Bikini Village.
-Chéri m’enligne : « Tu es sérieuse ? ».
Et c’est comme ça que l’élu de mon cœur a pu se pavaner fièrement.
Sans commentaires. (Bon, on ne s’attend pas à ce qu’il affiche un large sourire sur la photo, déjà pas chaud à l’idée de jouer les modèles dans le blog).
On les a finalement obtenu nos visas.
 
***
Nous nous engouffons dans un taxi direction à la bouffe. Le chauffeur est ravi de nous présenter sa ville et d'ajouter: "Ici, pas d'attentat. La paix. Les trois ethnies principales sont ; chinoises, indiennes et malaises. Nous vivons tous ensemble".
Il nous dépose à sa cafétéria préférée avec la fierté de celui qui vient de donner un tuyau en or.  Un joyeux chahut accueille les estomacs affamés. Hormis le riz et les haricots verts, impossible de détecter de quelle nourriture il s'agit. Tout a une teinte jaune. Un choix au hasard.
Les filles ont pris l’habitude de faire à la balinaise et se régalent avec appétit en utilisant leurs menottes ! Concentrées à faire coller leur boulette de riz et à se l’enfiler dans la bouche.
Piquante la cuisine indienne. 
Je sens que Kuala Lumpur va nous surprendre !
Signé,
Maman Globe-trotteuse

Caféteria indienne au coeur de Kuala Lumpur

Caféteria indienne au coeur de Kuala Lumpur

 On ne sait pas plus que vous c'est quoi exactement ? Mais on doit y choisir notre repas..Bon appétit !

On ne sait pas plus que vous. C'est quoi exactement ?

Mais on doit y choisir notre repas. Bon appétit !

Jus frais de pommes vertes !

Coco adore l'ambiance de la caféteria où l'on mange avec les doigts.

*Nota Bene pour les voyageurs:

Quoi que l'on vous dira dans votre pays d'origine, sachez qu'il est facile de renouveler son visa à Bali. Vous n'avez pas besoin de sortir du pays avant le 6ème mois. Notez que vous devrez défrayer toutefois des coûts de renouvellement mensuel. Consultez une agence, elles ont pignon sur rue dans les principales villes de Bali.


Publié à 15:37, le 6/04/2012, dans ASIE en famille, Malaisie
Mots clefs : malaisie en familleair famillemaman globe trotteusevoyage en famille

{ Lien }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos
Facebook

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



«  Décembre 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Sites favoris


Voyage-enfants Ulysse
Voyage & enfants (voir nos articles de collaboration)

Rubriques

AMERIQUES en famille
ASIE en famille
BIO FAMILLE GLOBE TROTTEUSE
CARAIBES ANTILLES en famille
ECHANGER SA MAISON
EUROPE en famille
OCEANIE en famille
ON PARLE DE NOUS !
POURQUOI PARTIR EN FAMILLE

Derniers articles

Changement de site-suivez-nous....
7 trucs sur Bali pour Stephen PM
Une belle histoire d'espoir nicaraguayenne
Voyager avec une ado 2.0 (genre)
Comment je suis devenue la marraine d'un taureau !
Échanger sa vie
Apprendre une nouvelle langue en famille
Rencontres insolites en voyage
Musarder en famille, vous connaissez ?
Vivre à 5 sur un voilier: la Famille Pirate
La Martinique en famille
Et si bébé naît en vol ? On fait quoi ?
Tankini blues
Souvenirs de 2012: bilan de la Famille Globe-trotteuse
Bali en 3 saveurs
Fremantle (Australie) : les adresses coup de cœur !
Une frousse australienne nommée cyclone
Ça sent bon la campagne australienne !
Jack le koala rédempteur
Tomber en amour avec Freo

Amis


Newsletter

Saisissez votre adresse email