Air Famille

Welcome to the jungle: Sumatra Nord

Suite du trek dans la jungle de Sumatra (Indonésie) en mars 2012.

 

Welcome to the jungle

Fébriles, nous nous enfonçons dans la jungle avec nos 2 guides dont Poli du SOS Maman orang-outan et son petit d'environ 3 ans et demi, Sumatra, IndonésieSumatran orangutan society, un de ses acolytes et 2 ranger.
Leur rôle est primordial : Colin a un couteau long comme ça (!) et Dharma joue le rôle de celui qui met de l’ambiance en racontant les histoires de python et de tigres dont Chéri ne se lasse pas.
 
Tous deux sont originaires de la région et sont tombés dans la jungle quand ils étaient petits pour reprendre l'expression familière. Ils en raffolent et travaillent constamment à la sauvegarder.
Très conscients des méfaits des plantations des arbres de palme (palm oil), ils dénoncent les atrocités que peuvent engendrer des méga-plantations de la sorte. Les singes sont comme leurs frères & soeurs.Ils prennent donc leur défense becs et ongles !

Au campement que l'on doit rejoindre dans 7 à 8 heures de trek, nous attend un cuisinier et le matériel de camping version sommaire.

 « Tu n’as pas peur pour tes bras ? » me dit Dharma qui est vêtu de longs et de chaussures fermées. Il jette un regard inquiètant sur mes manches courtes.
J’étrenne mes sandales achetées pour l’occasion en Malaisie et je n’ai qu’un short. Tout de suite, je me demande ce que j’ai bien pu penser de ne pas mieux me protéger de toute cette vie grouillante.
Vais-je m’attirer des ennuis ?

La bande-annonce que ma mémoire ne peut oublier !

Et c’est déjà à ce moment que je me mets à penser à Anaconda (cliquez pour revoir la bande-annonce de 2 minutes).
Effrayant.

La Jungle ! les couleurs plus pâles sont l'effet de l'humidité (évaporation).Vous savez ce mauvais film d’épouvante qui se déroule en jungle ? 

L’intrigue concerne un immense serpent qui vient manger un à un, la troupe qui s’enfonce dans la jungle.

La scène où le mec a plein de sangsues dans le dos.
 !!!!
Bon, je sais, c’est con.
Mais je vous jure que lorsqu’on s’enfonce dans le ventre de cette dense forêt, c’est à ça qu’on pense.

 Rencontres de jungle

Par chance, Mère Nature s’efforce de semer la quiétude dans sa chaumière, ici Thomas leaf monkeynommée rainforest.
J’ai tôt fait de développer une technique très efficace qu’il me fait plaisir de vous partager : chaque fois que je sens un truc monter sur mes jambes et bien j’écrase la bestiole non-identifiée avec l’autre jambe ET (super important) je ne regarde jamais ce que c’est exactement.
Vous dis, super efficace !
Parce qu'ici les fourmis sont grosses comme un pouce ! Et je ne vous parle pas du reste (les milles-pattes ont des millions de pattes !).

Trève de plaisanterie, nous voilà à marcher depuis plusieurs heures. La jungle est abrupte ici sur des milliers de kilomètres, les montagnes nous entourent. Les jambes sont fatiguées et tressautent. Une chance que j'ai un peu d'orgueil mal placé, car avec ma gang de gars je dois suivre la foulée !

On fait un stop restauration. Incroyable, Colin sort de son sac à dos un nasi goreng (riz & œufs frits et des fruits). Une tortue terrestre se pointe le bout du nez convaincue de l'opportunité !

 Nous serons récompensés de nos efforts en ayant le privilège de rencontrer des orang-outans, des thomas leaf monkeys (on dirait une peluche), singes gibbons, macaques, etc. Sans compter les oiseaux plus colorés les uns que les autres.

Je m'attends presque à rencontrer Mowgli au détour d'un gigantesque arbre.

Rencontres au sommet

Savamment perchées, les femelles orange nous regardent. Très curieuses, on jurerait qu’elles ont envie de communiquer.

Incroyable ! Cette femelle se laisse approcher aussi curieuse de moi que moi d'elle !

Je ne vais pas faire preuve d’anthropomorphisme (attribuer des sentiments humaines aux animaux), mais cette guenon est sociable ! Elle me toise de haut en bas. J'espère que je n'ai rien qui cloche.

Puis, la voilà qui vient me saluer de plus près...puisque le règlement du Gunung Leuser national Park interdit d'être à moins de 7 mètres des animaux (afin de ne rien leur transmettre), je dois vite me déplacer et mettre fin à ma séance photos...

 Elle descend ouf ! je dois y aller moi...

Nous les observons longuement. Fascinés. Sans mots pour décrire les émotions fortes que nous vivons. Privilégiés, voilà ce que nous sommes. Quelle chance !

Je saisis un moment tendre entre la maman et son bébé qui boit...

Maman qui allaite ! Quelle chance...

Un proverbe affirme que lorsqu’un orang-outan nous regarde dans les yeux, notre vision de la vie est changée. Je peux confirmer que le sentiment est spécial. Ce n'est pas par hasard que "orang-outan" signifie "personne de la forêt".
Cet animal très intelligent qui se sert d’outils (bâtons, etc.) pour se nourrir et qui peut apprendre la langage signé humain a des facultés insoupçonnées.
Pourtant, la science n’explique toujours pas pourquoi les orang-outans ne parlent pas et ne nagent pas (entre les branches au village, on affirme qu'ils sont capables de tout, mais que c'est parce qu'ils ne veulent pas aller travailler !).
J'aime sa bouille à celui-là !
Ces singes peuvent vivre 45 ans en liberté. La maman allaitera durant 3 années et prendra soin de son petit pour au moins 9-10 ans avant de le laisser un peu seul. Ils ne vivent pas en grand groupe.
De plus, le kidnapping de bébés entre eux est un fait ! Certaines femelles dominantes qui n’arrivent pas à enfanter peuvent carrément prendre celui d’une autre femelle.
Les orang-outans vivent en petit groupe. Ici, une femelle et deux petits (un seul à elle).
Ils sont habituellement doux et peu agressifs. La cime des arbres accueillent leur nouveau nid qu’ils se construisent chaque soir.
Camp de base 5 milliards d’étoiles !
Arrivés au camp, nous n’en croyons pas nos yeux : le cuisinier accroupi sous une bâche dans sa cuisine style pierre à feu, nous sert une nourriture indonésienne délicieuse (tofu, tempeh, riz, pommes de terre).
Campement au milieu d ela jungle de Sumatra nord
Colin prépare une pause bien méritée !
Au bord de la rivière, Chéri partage les anecdotes (que je n’aime mieux pas entendre !) avec les rangers sur les occupants de la forêt.
Tout à coup, en pleine nuit, ils voient passer dans la lumière lunaire un mec qui descend le courant. Il a sûrement besoin d’aide ?
Non. Il pêche ! Comme ça, en pleine noirceur dans la rivière aux confins de la jungle (Suis certaine qu’il n’a jamais vu Anaconda,lui !).
Nous nous endormons complètement crevés, après un bain dans les eaux vives tropicales.
Grandiose.
Retour à Bukit-Lawang
Le levée du soleil nous fait découvrir des dizaines de copains: sortie en bande, les macaques sont au rendez-vous ! Ils grignotent le moindre grain de riz et fouillent dans tout ce qu'ils peuvent trouver. Chipeurs !
Nous quitterons la forêt tropicale en jungle taxi !
Il s’agit de chambre à air regroupées ensemble à l’aide de cordes, tout le monde embarque et hop ! à l’eau pour une longue descente en raft ! Peu rassurée au début, on ne veut plus s’arrêter ! Les majestueux arbres centenaires nous donnent l’impression de nous enlacer de leurs lianes solides.
On hurle et chante tout le long de la descente.
La joie des survivants.
La jungle de Sumatra est accueillante, chaleureuse pour quiconque sait faire confiance à Dame Nature tropicale.
Je vous redonne la chance de revoir la bande-annonce du film d’animation Born into the wild (cliquez sur le titre).Un pur bonheur ! Durée: 2 minutes.

 

Safari dans la jungle de Sumatra-coché

 Signé,

 Maman Globe-trotteuse
 

Publié à 15:49, le 8/05/2012, dans ASIE en famille, Sumatra Ouest
Mots clefs : trek sumatraair famillemaman globe trotteusevoyage en famille

{ Lien }

Tarzan & Jane Globe-trotteurs dans la jungle de Sumatra

 

Merci et continuer de participer à notre concours jusqu'au 3 mai.
On s’amuse ferme d'ici là et la devinette va bon train !  
 
Mars 2012
Jungle de l’île de Sumatra Nord, Indonésie
Tarzan & Jane Globe-trotteurs 
 
Je vous mets d’entrée de jeu dans le secret des Dieux.
La jungle de Sumatra Nord fût l’hôte de notre voyage de noces.
Mariés, sans crier gare, il y a plus d’un an aux Bahamas, nous n’avions jamais officialisé la traditionnelle épopée qui doit suivre la cérémonie et sceller l’union via un voyage « ça passe ou ça casse ! ». Voilà l’occasion taillée sur mesure pour des souvenirs anecdotiques tel que souhaité.
Notre sympathique Néné (grand-maman en bahasa indonesia) ayant traversée la planète pour rejoindre la famille Globe-trotteuse; quoi de plus naturel que de lui fausser compagnie ?
Je veux dire, lui donner la possibilité d’offrir des tonnes de glaces choco et laisser sauter sur le lit ses petites adorées, sans remords ! Toutes trois affichent un sourire béat à la pensée que la voie sera libre.
-« Vous quittez pour aller voir la maman de Bagus ? » demande Coco, dont Présentation de Stef & Bagus, les orang-outans de la maison !l’orang-outan en peluche est baptisé du nom de son resto favori Pizza Bagus (signifie « bon » en bahasa indonesia).Marrant.
Celui de Ella a été baptisé Stéphanie (désolé ma soeur, mais Ella tenait à son idée). Ces peluches achetées au SOS SUMATRAN ORANGUTAN SOCIETY section Bali, on fait germer une idée que je vous laisse qualifier (folle, téméraire, géniale, etc. au choix ou toutes ces réponses).
On a décidé d’interviewer en direct la maman des singes des filles, parce que lorsqu’on parle d’animaux sauvages, de nature lointaine, d’aventures extrêmes, je dis présente ! (mais je vous assure que je regrette toujours à un moment ou un autre ma témérité…).
Pour vous tracer un portrait, je suis férue de safaris. Jamais vécu en boucle  de moments aussi forts que dans la jungle spécialement au Niger, Ghana, Kenya (best of !), Zimbabwe, Namibie, Botswana, Zambie, Bénin et Costa Rica.
Imaginez ma joie à l’idée de partager ces moments avec mon Tarzan, pour la première fois !
 *Prenez 2 minutes et regardez (du volume !) ce film animalier pour l'ambiance. Born to be wild (cliquez) donne envie de voir de près les orang-outans.
Coup de coeur garanti !
 
SOS-SUMATRAN ORANGUTAN SOCIETY-section Bali
Cet organisme sans but lucratif organise des éco-treks dans la jungle dans le Chouette à première vue, mais horrible lorsque l'on sait que les palm tree laissent le sol inutilisable après 25 ans...dessein de sensibiliser au destin de ces singes constitués à 97% du même ADN que moi (vous aussi, t’inquiète !).
Pour la première fois dans l’histoire du monde, des grands singes sont en voie d’extinction.
Leur habitat naturel, la jungle, est menacée à cause de divers éléments (réchauffement de la planète, coupe de la forêt, déforestation, etc.).
Le principal problème demeure les affolantes plantations d’arbre de palme (palm tree voir photo ci-haut). Les compagnies huilières mettent à plat des milliers de kilomètres de jungle afin d’en faire des plantations endémiques. Résultat : dans 30 petites années, ce sol sera inutilisable, vidé de ses ressources les plus précieuses et nos amis orang-outans auront perdus beaucoup de leur chez soi.
Le trek inclut une donation à SOS. Je souhaite que cet article encourage leurs actions, qui au fin fond, nous servent à tous : si les grands singes ont un habitat détérioré, l’humain n’en sera que touché.
L’île de Sumatra Nord (avant le tremblement de terre* )
Voilà donc Tarzan & Jane Globe-trottteurs abandonnant leur famille pour se leverUn boucher-restaurateur de Medan. de quoi renforcie mes convictions de végétarienne ! aux aurores, afin de prendre 2 vols (Denpasar (île de Bali)-Jakarta (île de Java)-Medan (île de Sumatra)).
Nous prenons un repas typique de nouilles frites (mie goreng) à Medan (photos), ville importante de Sumatra, avant de rouler 3 heures pour arriver dans un adorable village aux confins de la jungle.
Bukit-Lawang est un endroit buccolique (mais loin) ! Mie Goreng à la mode de Medan (Sumatra, Indonésie)
Les guest house sont nombreux et les restos adjacents absolument charmants.
On se remémore nos vacances en colonie estivale (le côté rustique j’imagine).
Touchés droit au cœur par la simplicité de la vie, nos hôtes tiennent le Sam’s bungalow.
Levés à 5 :30 pour préparer le petit-déjeuner en pyjama, ils sont dédiés et adorent leur coin de jungle.
-« Assurez-vous de fermer la porte de votre chambre, car les macaques vont l’envahir ».
Nous assistons impuissants à la séance d’essayage qu’ils entreprennent avec mes vêtements mis à sécher sur la corde à linge (Euh ! mon soutif svp).
Ils sont sans pitié.
Ici Bukit Lawang aux abords de la jungle de Sumatra ! Indonésie
L'entrée du village de Bukit Lawang, Sumatra Nord, Indonésie
 Le resto de Sam's bungalow, Bukit-Lawang, Sumatra Nord, Indonésie
Le très bon resto rustique du Sam's bungalow !
 Le Sam's bungalow de Bukit Lawang, île de Sumatra, Indonésie  www.bukit-lawang.com
La maisonnette de nos hôtes du Sam's bungalow de Bukit-Lawang.
Me voilà à regarder le menu d'un resto de Bukit-Lawang. Mon plat fétiche: le Gado-gado (légumes cuits avec sauce arachide).
Je regarde le menu pour m'assurer que mon plat fétiche est servi: le Gado-gado (salade de légumes bouillis avec sauce arachides).
Bukit Lawang
Le buccolique village de Bukit-Lawang et la rivière Bahorok.  Eau limpide !
L'aîné du village de Bukit Lawang
L'aîné du village de Bukit-Lawang: Gaby. Beaucoup d'entregent ce sculpteur qui tient boutique vers le marché.
Première étape 
Départ pour le Centre de réhabilitation des orangs-outans situé à l'entrée du GUNUNG LEISER NATIONAL PARK
Le Gunung Leiser national park est une des réserves de rainforest les mieux protégées en Asie du sud-est. Le centre de réhabilitation pour les orangs-outans est à l'entrée du parc. Il compte actuellement 17 locataires. La jungle derrière le centre loge 7000 orang-outans.
Ce centre accueille des singes qui ont eu une mésaventure: kidnapping pour en faire des animaux domestiques (et les proprios se lassent ou les abandonnent), maltraitrance lors de coupe des arbres dans la jungle ou braconniers cruels.
Au centre, des rangers vont les soigner (quarantaine au besoin) et leur redonner foi en leur instinct de primates.
Après la traversée d’une rivière et un court trek, nous assistons au repas matinal. Libres totalement de leurs mouvements, les orang-outans présents sont ceux qui viennent parfois faire un tour ici, d’autres sont plus réguliers.
L’histoire de Big Boy
Big Boy est présent ce matin (ils sont identifiés et baptisés pour les Big Boydifférencier lorsque possible).
Cet énorme spécimen se pointe à l’heure du déjeuner en demandant sa ration de fruits.
Arrivé il y a quelques semaines, il s’est aussitôt fait taxer de profiteur : mais que veut ce gros mâle inconnu qui cherche la proximité humaine sans peur ?
Les orang-outans sauvages ne s’approchent habituellement pas autant. Un ranger présent depuis longtemps s'est remémoré un des comportements de son ancien protégé, parti il y a 5 ans :
-« C’est Big Boy, je le reconnais ! " Blessé et mal en point, il était demeuré quelques temps au centre de réhabiliation lorsqu’il était adolescent. Il était maigre et chétif et revoilà cet imposant, mais sympathique boule orangée avec des cheekpad de mâle.
Il se gratte le poitrail de haut en bas de façon compulsive…et le fait toujours quelques années plus tard ! Trahi par son comportement, il a été reconnu. Revenu des profondeurs de la jungle, il espère une femelle disponible. Actuellement, il est déçu : elles ont toutes des petits ( qui resteront avec elle pour 9 années).
Faire connaissance
Je suis devant lui. Le mitraille avec mon appareil photos. Il me fixe sans intérêt.
Un spectateur est averti de cacher son sac coloré parce qu’il risque d’être surpris si Big Boy croit que c’est un panier de fruits. Rien ne nous sépare de lui !
Lorsque Big Boy se lève et traverse les bambous sensés délimités la zone, les touristes s’agglutinent prêts à lever les feutres.
Big Boy vient vers la foule !
Big Boy descend de son arbre et se dirige vers ses admirateurs (sans doutes dans le but de signer des autographes ah ah). Il faut faire des mouvements tout en douceur. Les orang-outans se déplacent lentement au sol et ne sont pas agressifs pour rien habituellement.
Big Boy se promène, les Rangers sont aux aguets.
Les singes sont si « humains ». Ils observent et cherchent les opportunités. Parfois, on jurerait que Big Boy est timide, regarde de côté en sachant bien qu’on le photographie de toutes parts.
Big Boy
On a hâte de s’engouffrer encore plus profondément dans la jungle. Chéri discute de la possibilité de toucher les pythons lorsqu’ils sont repus (car ne bouge plus). Les rangers sont friands à nous raconter ce type d’anecdotes. Leur préférée, celle du guide qui s’est fait embrassé par un tigre. Le pauvre type a cru mourir et est tombé dans les pommes. Le tigre l’a laissé en vie.
« Tu sais Maman Globe-trotteuse, si tu es une bonne personne, le tigre le sentira et te laissera en vie » me dit le ranger Dharma, avec son air sérieux.
Je questionne Chéri:
"Selon toi, c'est quoi la définition d'une bonne personne pour un tigre ?" 
 
Signé,
Maman Globe-trotteuse
  

  Voici ce que l'on entend en s'engouffrant dans la jungle de Sumatra :

Source : Robert Shumaker, Orangutans,2007. World life library.

Publié à 15:37, le 30/04/2012, dans ASIE en famille, Sumatra Ouest
Mots clefs : trek sumatraair famillemaman globe-trotteusevoyage en famille

{ Lien }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos
Facebook

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



«  Février 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728 

Sites favoris


Voyage-enfants Ulysse
Voyage & enfants (voir nos articles de collaboration)

Rubriques

AMERIQUES en famille
ASIE en famille
BIO FAMILLE GLOBE TROTTEUSE
CARAIBES ANTILLES en famille
ECHANGER SA MAISON
EUROPE en famille
OCEANIE en famille
ON PARLE DE NOUS !
POURQUOI PARTIR EN FAMILLE

Derniers articles

Changement de site-suivez-nous....
7 trucs sur Bali pour Stephen PM
Une belle histoire d'espoir nicaraguayenne
Voyager avec une ado 2.0 (genre)
Comment je suis devenue la marraine d'un taureau !
Échanger sa vie
Apprendre une nouvelle langue en famille
Rencontres insolites en voyage
Musarder en famille, vous connaissez ?
Vivre à 5 sur un voilier: la Famille Pirate
La Martinique en famille
Et si bébé naît en vol ? On fait quoi ?
Tankini blues
Souvenirs de 2012: bilan de la Famille Globe-trotteuse
Bali en 3 saveurs
Fremantle (Australie) : les adresses coup de cœur !
Une frousse australienne nommée cyclone
Ça sent bon la campagne australienne !
Jack le koala rédempteur
Tomber en amour avec Freo

Amis


Newsletter

Saisissez votre adresse email