Air Famille

Une belle histoire d'espoir nicaraguayenne

Granada, Nicaragua, Amérique centrale

Août 2013

Je vous raconte une anecdote qui me tient à cœur. Elle est l’illustration du bonheur de voyager et de se laisser surprendre au coin d’une rue quelque part sur la planète.

Une architecture recherchée, des façades accrocheuses : couleurs chaudes et terreuses ou plutôt éclatantes (vert, rose, jaune), il est fort agréable de déambuler dans la citée de Granada. Sa familiarité nous plonge au cœur d'une ambiance locale. Notre clique est en mode découverte; ma copine Nadia, l’ado et bébé Laëtie Globe-trotteuse. On sait déjà que le temps manquera pour bien saisir l’essence particulière de ce pays d’Amérique centrale, où règnent un climat et des enjeux politiques complexes.

Le soleil est de la partie et on dirait bien qu’il va la gagner ! C’est donc, par un très chaud après-midi d’août, que l’on flâne avec l’idée de découvrir les marchés artisanaux.

Ils ont bonne réputation : cuir travaillé, poterie, bois sculpté, etc.

Une modeste vitrine sur la rue attire notre attention.

Entre deux murs au ciment défraîchi, une ouverture laisse entrevoir un présentoir rempli de jolis chaussons faits à la main. C’est le travail minutieux d’Anita, fière grand-maman nicaraguayenne.

On imagine les vieilles mains calleuses terminer l’ourlet du petit peton de laine rose, avant d’aller humer sa soupe bouillante et son galla Pinto. Une mamie comme on en rêve. Eduardo, véritable gentleman, me lance un regard convaincu en opinant du bonnet : il nous faut ces adorables chaussons pour mademoiselle Laëtie. Señora Anita fait quelques risettes à la preciosa et après une évaluation rigoureuse de la patouille potelée,  vend son talent pour  24 cordoba (2$ cdn). Quel adorable souvenir.

Nous poursuivons, lorsque bébé s’impatiente et énonce clairement qu’un arrêt improvisé sera nécessaire (euh, y-a-t-il une façon littéraire d’écrire qu’on doit expressément changer une couche dégoulinante ?). Maintenant. Et vous savez bien, on ne lésine pas avec les poupons. Ils sont rois et maîtres.

L’Espoir a 4 murs

Par un agréble hasard, on franchit le seuil de la porte d’un atelier calle Xalteva. Une entrée qui ne paie pas de mine. On ne le savait pas, mais on vient d’entrer au coeur de l’espoir.

À l’intérieur quelques dizaines de jeunes sont au boulot.

Concentrés, ils tissent leur vie.

Tout autour de nous, des métiers à tisser de toutes les grandeurs et des fils de toutes les couleurs. Mais un silence d’or. Des grands yeux bruns écarquillés regardent notre petit groupe avec étonnement. Quelques salutations réservées de la tête. Toujours la gêne ? Je me dis que ce doit être mon accent québécois version espagnole (ouf !). Personne ne répond. Mais tous ont ce regard intense et soutenu. Pendant quelques secondes, on a l’impression d’avoir un truc qui cloche.

Celui qui semble en charge de l’atelier vient à notre rencontre. Il nous invite à nous rafraîchir et à visiter les lieux.

Le Tio Antonio Centro social

Nous pénétrons au cœur d’un organisme à but non lucratif qui fait de petits miracles avec trois fois rien et beaucoup d’implication : le tio Antonio Centro social.

Ma fibre de travailleuse sociale vibre.

Un  univers de solidarité. Les jeunes qui s’affairent ici apprennent un métier. Pour avoir un futur.

Certains sont sourds-muets; d’où la communication visuelle à notre arrivée. D’autres ont eu quelques difficultés et ils viennent ici trouver l’espoir.

Une boutique est jouxtée aux ateliers et nous faisons connaissance avec cette jeunesse dynamique. Ils expliquent leur démarche. Le centre a plusieurs plateaux de travail. La relève reçoit un encadrement hors pair. Nadia, réjouie et émue par la visite, choisie un hamac version mini pour la petite. Une qualité supérieure 100% coton de Manille.

Juste à côté, se trouve le Cafe de las sonrisas qui signifie sourire en espagnol. C’est un des seuls au monde tenu par des sourds et muets ! Dans ces murs aux accents jaunes on vend du café équitable. Et on donne dans la dignité.

Lors de votre prochain séjour à Granada, allez serrer des mains au Tio Antonio.

Vous repartirez le sourire aux lèvres. Garanti.

 

Signé,

Maman Globe-trotteuse 

www.tioantonio.org

 

*Merci de suivre la Famille Globe-trotteuse...N'hésitez pas à laisser votre commentaire.



Publié à 13:33, le 17/09/2013, dans AMERIQUES en famille, Nicaragua
Mots clefs : nicaragua en famillefamille globe trotteuseair famillemaman globe trotteuse

{ Lien }

Voyager avec une ado 2.0 (genre)

Globe-trotter en famille et en redemander ? Suivez la famille Globe-trotteuse...

Août 2013

Je me trouve en Amérique centrale avec une ado.

C’est ma filleule adorée de 15 ans. Une banlieusarde de la région montréalaise. Un souhait Coucher de soleil sur une plage costaricainequi se réalise de pouvoir partager le monde avec mademoiselle. 

Depuis sa tendre enfance, elle reçoit de ma part des cartes postales d’Afrique, d’Indonésie, du Japon, etc. Je lui offre des trucs coup de cœur tels des bagues en minerai australien ou en ambre blanc de Russie.

Au retour de mes séjours, je lui fabriquais des albums photos souvenirs et lui offrais une collection de robes exotiques dont une qui évoque un souvenir particulier, négociée avec mes derniers deniers de routarde dans une gare pourrie du Ghana. Je passais sur elle, mes envies de maternité...

QUIIINNNZE ans. Vous vous souvenez de l’été de vos quinze ans ?

C’est celui où votre maillot de bain vous fait à merveille…mais, vous ne le savez juste pas. La vie c’est comme ça,  juste injuste : on apprend plus tard, ce que l’on aurait dû comprendre trop tôt.

Ici, notre nymphette fait dévisser toutes les têtes dans son sillon. Et laissez-moi vous dire que les latinos américains ont l’œil pour les beautés de la nature !

Je ne peux m’empêcher de prévoir la suite avec mes trois futures adoEs. Et imaginez Chéri qui aura les deux pieds dans un univers féminin fois trois (X 3). Comment on dit : bonne chance ?

Je crois parfois à entendre (et tenter de modérer) son discours qu’il va en faire des nonnes. Des nonnes en bikinis. Ouf. Remarquez que je connais de ces femmes pieuses (Bonjour sœur Jeannine !) qui ont eu des vies bien remplies de périples hasardeux dans des contrées lointaines.

Toujours est-il que c’était l’occasion de voyager avec ma filleule, sa maman et bébé Laëtie Globe-trotteuse. Je peux bien écrire ce que je veux sur l’ado, elle n’en lira rien. Mon blogue est beaucoup trop vintage. Je ne suis pas sur Instagram ou Snap chat. Je twitte du bout du clavier à peine et mon blogue relève davantage du bricolage que du stratège médias. 100% ringarde la vieille. Snapchat, vous connaissez ? C’est une façon de communiquer très visuelle : vous prenez une photo de vous et y inscrivez votre pensée qui s’affiche sous votre cliché-ça a  un côté bande dessinée. Très chou (mais à quoi ça sert au juste ?).

Cette génération de geekettes, l’est aussi en voyage.

Elle communique déjà avec la planète, donc se trouver ailleurs, ça change quoi ?

Hier, on était au centre-ville d’un bled du Nicaragua. On questionne l’Adoe sur son degré de dépaysement. « Je ne me sens pas perdue, j’ai même vu un Mc Do ».

OK. Les repères sont clairs: où il y a des clowns souriants, je suis chez moi ! Mais, les ânes et charrettes, les enfants de la rue, l’espagnol, l’architecture de 1524, etc. ? Dépaysée la demoiselle ? Non. Ah oui, un soupçon de panique lorsque son Ipod s’éteint de lui-même, étouffé par la chaleur tropicale.

Et c’est sans parler du petit ami; Joe. Zeeee Joe. Il est de l’aventure lui aussi. Non, il n’est pas là physiquement, détrompez-vous. Mais c’est quoi la différence ? Il voyage virtuellement avec nous. Il nous suit pas à pas et en temps direct s’il-vous-plaît. On voit des singes sur notre balcon. Joe aussi. On mange de la paëlla avec des crevettes grosses comme ça. Joe peut saliver à les voir dans le buffet. Au marché, elle lui a négocié un gaminet de Bob Marley. Parions qu’il a pu choisir la couleur. C’est beau l’amour à distance en 2013. Et facile pour la génération moi.com

Dans le fond, il faut envier cette jeunesse qui n’a pas froid aux yeux.

Tout est accessible pour eux, leur façon de penser intègre d’emblée un côté techno. Sky is the limit ? Ils optent plutôt pour Universe is the limit ! Geekette m’a installé Skype pour que le reste de la Famille Globe-trotteuse échange avec la membre qui s’est sauvée du côté latino de la planète. Puis, elle nous a trouvé une appli pour téléphoner au Canada sans débourser un corderos. J’ai même pu rattraper le temps perdu en frais de glamour, car elle lit une panoplie de magazines hollywoodiens à potins (Il a osé larguer Demi ?). J’ai l’impression de faire du voyeurisme à ce sujet (c’est vrai, Gwyneth est si détesté ?).

Je lui ai demandé si j’allais pouvoir poster son joli minois sur le blogue. Oui, qu’elle m’a dit. Comprenez l’envie de cette désinvolture que je ressens ? Pas de réserve ou de gêne de ce côté. Juste oui. Merveilleuse ouverture et c’est ça, pour pas mal tout. Cinq heures de bus à se taper ? Il doit bien y avoir une appli pour ça. Elle rencontre d’autres ados. Parle pas la même langue ? FACEBOOK, ça se dit dans toutes les langues. Et il y a déjà un moment que la langue de Shakespeare est maîtrisée (je dis bien la langue, car je gagerais qu’elle confond Shakespeare avec Will.I.Am). Elle aura encore un peu plus d’amis qui viennent d’un peu plus loin…

La planète leur appartient. C'est à eux de jouer maintenant...

Tu m’inspires ma belle.

LOL

 

Signé,

Maman Globe-Trotteuse photographe officielle de l'Ado

ps-On a au moins une page Facebook ici

Maman Globe trotteuse et l'ado 2.0



Publié à 03:48, le 22/08/2013, dans AMERIQUES en famille, Costa Rica
Mots clefs : globe-trotter avec des enfantscosta rica en familleair famillemaman globe trotteusevoyage en famille

{ Lien }

Central Park : chouchou des familles

Globe-trotter en famille et en redemander ? Embarquement immédiat avec Maman Globe-trotteuse, Chéri, Ella, Coco et bébé Laëtie...

New York à 30 degrés

Que font les familles New Yorkaises en temps de canicule ?

Elles envahissent Central Park.

En ce superbe dimanche, nous profitons également des attractions de cet immense étendue de verdure, véritable luxe au coeur de la ville. Visiter en profondeur cet emblème requiert quelques journées (avec mon mode slow traveling souvenez-vous). Nous adoptons les attitudes locales, afin de bien nous imprégner. Et flâner à Central Park, c'est un must !

Procurez-vous sur place une carte au prix de 2$ ou visitez-le centralpark.com pour bien planifier votre sortie. Il faut marcher, donc il est préférable de choisir ses attractions;elles sont nombreuses !

Le ZOO de Madagascar euh, de Central Park Zoo de Central Park

 

centralparkzoo.com

 Au sein de notre famille, aucun hit n'arrive à la cheville du magnifique film d'animation Madagascar: Escape 2 Africa. Ce dernier relate les aventures rocambolesques des animaux du Zoo de Central Park en cavale au coeur de la savane. Hilarant ! Nous nous bidonnons en famille et ne pouvons pas résister à la tentation de le revoir sans fin...Donc, lorsque nous avons officiellement annoncé aux petites que nous allons visiter la résidence de Alex, Marty, Gloria et King Julien: elles étaient surexcitées.

Ours polaire au Zoo de Central Park

Admirer ces animaux en plein coeur de le vie urbaine est extraordinaire ! On arrive à oublier les grattes-ciels ambiants et à se concentrer sur le règne animal. En vue d'honorer Madagascar: Escape 2 Africa, des spécimens en provenance de cette joyeuse contrée ou qui sont en vedette dans le film (les fameux pingouins, les lémurs, etc.) vous attendent. Du divertissement bien apprécié.

Un coin est spécialement conçu pour les jeunes enfants qui souhaitent voir de près et nourrir les animaux de la ferme. Des effets sonores surprenants ponctuent la tournée. Rires garantis.

Après une visite du zoo de quelques heures, nous rejoignons le parc pour une pause casse-croûte.

Afin d'honorer la tradition nous achetons des hot dogs au seul kiosque végétarien de Central Park (Good to go organics est situé à proximité de l'entrée du zoo mais côté parc). Un 3.50$ bien dépensé (pain de blé entier inclus).

Écrin de verdure à Central park

 Couples amoureux, familles nombreuses, groupes d'adolescents et nombreux touristes constituent la clientèle phare du lieu mythique.

Les paysages surprennent par leur quiétude.

On s'y plaît tout simplement.

 

Jeux d'eau à Central Park: une idée rafraîchissante

Quel bonheur de découvrir que de nombreux jeux d'eau sont à notre disposition pour se rafraîchir un brin sous ce chaud soleil de juillet.

Et que dire des nombreux toboggans et autres jeux classiques pour enfants, sans compter qu'un véritable parc d'attractions permanent avec jeux forains donne un côté spécial à la visite.

Il ne manque que les salutations de Madonna, la voisine.

Signé,

Maman Globe-trotteuse



Publié à 01:45, le 9/07/2011, dans AMERIQUES en famille, New York
Mots clefs : air familleNew York en famillemaman globe trotteuse

{ Lien }

L'exposition d'Alexander Mc Queen au METmuseum

Globe-trotter en famille et en redemander ? Embarquement immédiat avec Caroline, David, Ismaëlla & Alexandrine Fay

 
The Metropolitan Museum of Art
Il fait 40 degrés en cette journée de juillet. Nous avons envie d’une visite culturelle de la Big Apple. Quoi de mieux que s’évader au musée ?
www.metmuseum.org
Situé au coin de Fifth Avenue et de la 82ème rue, le met museum est un des colosses dans le genre au niveau mondial.
Le coût d’entrée est de 25 $ par adulte et gratuit pour les enfants. Avec ses cinq étages et ses 2 millions d’objets, vous ne serez pas en reste ! Ayant eu vent de l’exposition spéciale sur l’enfant terrible du design, Feu Alexander Mc Queen, je souhaite voir de mes yeux de québécoise,cette exclusivité new yorkaise.
Chéri, de son côté, souhaite amener la grande soeur s'impressionner devant les momies d'Égypte (en fait, j'ai perdu à roche-papier-ciseau et je dois trimballer notre Coco...).
Mademoiselle la préposée à la billetterie m’apprend aussitôt qu’il me faudra patienter plus de 90 minutes à la queue leu leu, pour espérer me pâmer devant des fringues hors de prix…
-Il n’y a aucun moyen pour passer devant la file ? lui dis-je, en pointant Alexandrine Fay , 2 ans et demi, qui fait déjà la moue.
-Oui, mais vous devez être membre. Il vous en coûtera dix dollars de plus.
-Dix dollars pour m’extraire de cette marée humaine ? répondis-je les yeux désorbités. Big deal Mam...(en plus j’aurais une nouvelle carte VIP !)
Il n’en fallait pas plus pour que je devienne membre du musée.
 
L’exposition Alexander Mc Queen
Quelle époustouflante exposition !
Le terme expérience définit ce que vous allez vivre…
Alexandrine Fay est dans mes bras* et me serre fort. Nous entrons dans une pièce sombre et froide. Les œuvres magistrales du designer britannique trônent les unes aux côtés des autres…Si le nom de ce bonze de la mode vous dit quelque chose, sans être persuadé que vous vous souvenez de ces créations, rappelez-vous un look très trash et dark, bien que plusieurs pièces soient plutôt aériennes.
Une musique à tue-tête nous attend au détour d’une salle ainsi que l’apparition d’hologrammes, sans compter les images de femmes se baignant (ou se noyant, c'est pas clair…).
Un brin angoissant lorsqu'on se remémore que ce créateur s’est malheureusement donné la mort à 40 hivers.
La petite et la grande furent toutefois ravies ! Moi, subjuguée par tant de créativité, Alexandrine croyant qu'elle a accès au placard d'une princesse en exclusivité.
Comme quoi vous y trouverez votre compte.
 
Signé,
Maman globe-trotteuse
blog.metmuseum.org/alexandermcqueen/
 
 *On peut visiter les salles d'exposition avec la poussette, toutefois, une minorité expositions ne sont pas accessibles faute d'espace.

 



Publié à 01:25, le 8/07/2011, dans AMERIQUES en famille, New York
Mots clefs : air famillemaman globe-trotteuseNew Yorkmuseefamille

{ Lien }

En route pour New York en famille

Une offre alléchante est entrée dans ma boîte courriel, par un matin prometteur de juin... (alors qu'on jurait d'être tranquilo un brin...)

 "Souhaiteriez-vous échanger votre maison contre notre appartement de Manhattan ? ".

 Une seule réponse: "Oui !"

 Ma réponse immédiate a ébranlé nos futurs échangeurs. Ils me demandent si nous avons des questions.

 Aucune. Ah oui; "Où sont les clés" ?

Je vous le raconte en rigolant, mais l'histoire est on-ne-peut-plus authentique. J'ai osé "googler" nos hôtes. Trouver de vraies traces de  leur existence (ça rassure un brin). Des intellos en fait, qui ont publié des bouquins brillants. Récipiendaire de prix prestigieux par dessus le marché (oui, osez imaginer !). Notre invitée m'explique qu'elle doit continuer à rédiger pour le journal le plus populaire de la ville qui ne dort jamais pendant son séjour (en direct de ma table de cuisine !). J'ai presque envie de rester afin de faire sa connaissance tellement je suis impressionnée par le pedigree de mes invités. 

Pas de soucis à l'horizon (d'accord, j'accorde ma confiance aisément me direz-vous).

 Et c'était parti pour une tournée new yorkaise en famille !

 Les superbes Adirondacks côté état de New YorkAprès neuf heures de voiture depuis la ville de Québec via les splendides Adirondacks, un arrêt pour la nuit dans un hôtel économique à Albany, la capitale de l'état de New York, nous arrivons dans le Lower East side.

 

Truck stop pittoresque de Albany, dans les montagnes Adirondacks de l'état de New York

 Voici une trouvaille de truck stop. Impossible de ne pas s'arrêter vu le côté pittoresque des lieux.

Un classique culturel, quoi !

Vous ne me croirez pas, mais en farfouillant sur le net, j'ai découvert qu'il s'agit d'une chaîne de truck stop dont voici le site web pour les amateurs de bon goût:

www.beattybeavers.com

 

  Signé,

Maman globe-trotteuse en route pour NYC



Publié à 01:36, le 2/06/2011, dans AMERIQUES en famille, New York
Mots clefs : air famillemaman globe-trotteuseNew York en famille

{ Lien }

Wow Disney World: la table royale de Cendrillon

 

Globe-trotter en famille et en redemander ? Embarquement immédiat avec Caroline, David, Ismaëlla & Alexandrine Fay

 Pour ses quatre ans, notre aînée a émis le souhait de rencontrer Cendrilllon THE Princess (vous la vivez vous, cette fièvre princière) ?

Chéri, lui répond du tact au tact: "Et si nous allions dîner avec elle, ça te plairait ?" Il n'en fallait pas plus pour que maman globe trotteuse se transforme en tour operator. Un appel au CAA* et je découvre un forfait tout inclus abordable(chambre, repas, transferts aéroportuaires).

Le château où se situe La table royale de CendrillonToutefois, ne dîne pas qui veut avec son altesse. Malgré notre réservation plus de cinq mois à l'avance, nous n'avons pas le choix de la journée ni de l'heure du repas (16:30 était la seule disponibilité pour le repas du soir).

Est-ce que ça vaut le coût ?

Il faut comprendre, qu'il s'agit de la seule chance de voir Cendrillon et ses copines, où elles prendront la pause avec vous. Sans compter, le privilège exclusif d'entrer dans le mythique château bleu et blanc. Le coup d'oeil en vaut la peine ! http://disneyworld.disney.go.com/dining/cinderellas-royal-table/

Regardez-moi les visages de ces petites princesses s'étirant le cou pour apercevoir un pan de robe  en taffeta ...ça n'a pas de prix, non ?

On attend impatiemment l'arrivée des princesses !

Bon, entre nous, c'est plutôt rigolo ces jeunes femmes déguisées, au fond de teint laiteux et aux dents blanchies posant le p'tit doigt en l'air...( tuuut tuuut un peu de jalousie ici).

Il n'y a plus qu'à se laisser prendre au jeu de la magie Disney réglée au quart de tour !

Bibidi bobidi boo!

Blanche-neige

 

 

 

 

 

 

 

Une attente si désirée avec Belle de la Belle et la Bête

 

 

Signé,

 

Maman Princesse Globe-trotteuse

 

 

 

 

*



Publié à 01:05, le 27/05/2011, dans AMERIQUES en famille, Orlando
Mots clefs : disney en famillemaman globe-trotteusevoyage en famille

{ Lien }

Wow Disney world: 5 recommandations affirmatives

Globe-trotter en famille et en redemander ? Embarquement immédiat avec Caroline, David, Ismaëlla & Alexandrine Fay

1-Pour bien profiter,il faut bien préparer !

Disney offre un DVD gratuit, commandez-le sans tarder, vous recevrez des offres spéciales par la suite à ne pas dédaigner http://disneyparks.disney.go.com

En plus de vous offrir des images excitantes, le DVDl peut servir à faire la grande annonce aux enfants !

 Achetez un guide de voyage (2 dans mon cas), vous saurez tous les trucs.

Consultez le panel des mamans Disney (en anglais seulement): il s'agit de bénévoles qui répondront à toutes vos questions (trouve-t-on du lait ? etc). On y trouve un FAQ essentiel.

disneyworldforum.disney.go.com/home.aspx

Il faut investir du temps pour s'y retrouver un peu et savoir où s'enligner dès l'arrivée sur les sites...

2-Dormez sur le site !

Vous n'avez pas idée à quel point c'est un bon conseil.

Pas de soucis de stationnement: il y a plus de bus sur les 21 km de WDW que dans la ville de Miami. En dormant sur place, vous aurez accès à des heures supplémentaires d'accès aux parcs thématiques (Magic Hours).

Et puis, c'est vraiment cool: nous étions du côté de Port Orleans riverside et on a adoré. Une des seules chambres offertes pour 5 personnes sur le site (sans frais supplémentaire).

www.tripadvisor.ca/Hotel_Review-g34515-d125310-Reviews-Disney_s_Port_Orleans_Resort_Riverside-Orlando_Florida.html

 

3-Non, vos enfants ne sont pas trop jeunes (ou trop vieux) !

Retenez cette image: chaque manège a son stationnement de poussettes tellement les bambinos sont présents ! Mais je ne sais pourquoi, j'ai eu ce commentaire ridicule des dizaines de fois avant le départ.Youhou, c'est maintenant qu'il faut profiter de la vie...

Sérieusement, les enfants de tous âges s'amuseront. Les plus vieux raffolent des manèges qui rendent malades...Et à voir le nombre d'adultes sans enfants ; tous y trouvent leur compte. Mon coup de coeur à moi, Animal Kingdom.

4-Non, ce n'est pas hors de prix !

Encore là, revoir ma recommandation affirmative no 1.

Magasinez, les prix varient d'un site à l'autre. Disney offre des offres très bien sur son site ou en téléphonant.

Honnêtement, ce n'est pas plus cher qu'un forfait soleil tout inclus (style Caraïbes). Bien sûr, il vous faudra débourser pour le billet d'avion, rarement inclus dans le forfait: à ce sujet, c'est vrai que ce n'est plus les prix d'antan avec l'envolée des compagnies sur les surcharges multiples.

5-Éviter les périodes de pointe !

Noël, Pâques, juillet, août !   relâche

C'est toute la différence. Les gens qui trouvent que leur séjour fût épuisant y sont allés en période de grande achalandage.

Quitte à faire manquer quelques jours d'école à vos joyaux (bon,bon, oui, j'incite à la délinquance pour profiter d'un faible achalandage, le sacrifice en vaut la peine et, en plus, vous serez proclamés les parents les plus cools).

 



Publié à 15:38, le 25/05/2011, dans AMERIQUES en famille, Orlando
Mots clefs : disney en famillemaman globe-trotteusevoyage en famille

{ Lien }

Vert écolo le Costa Rica

Globe-trotter en famille et en redemander ? Embarquement immédiat avec Caroline, David, Ismaëlla & Alexandrine Fay

Mon appréciation du Costa Rica est indéniable. Ce pays d’Amérique centrale est en voie de donner une fière leçon verte !
À la maison, nous prônons des valeurs de développement durable: recyclage, économie d’énergie, compostage, encourager la fermière du coin, etc. Mes filles connaissent les couches de coton et les vêtements déjà aimés. Je suis de celle qui crois que l’on peut faire une différence, si infime, soit-elle. 
Comment voyager vert ?
Lorsque nous voyageons, j'utilise un écocompteur (www.carboneboréale.uqac.ca) afin de connaître notre impact écologique. Ainsi, nous pouvons agir via un programme de compensation de gaz à effet de serre par plantations d'arbres.
Le Jour de la terre
Le 22 avril a été décrété jour de la terre. Ainsi, il est souhaité que naissent de multiples initiatives locales pour prendre soin de notre planète.
Nous voilà donc dans la région de Guanacaste sur une belle plage de sable blanc à ramasser, non pas les coquillages, mais bien les ordures ! Oui, vous avez bien lu.  Le personnel nous demande un coup de mains pour traquer les vestiges laissés par les humains lors de leurs derniers séjours à la plage (j'ai droit au sac et gants de plastique pour ma mission).
Journée sacrée oblige, l'hôtel avise que ce soir la centrale électrique ne fonctionnera pas, en vue de donner un coup de pouce au jour de la terre.
Une valeur essentielle à transmettre: prendre soin de la nature. Jour de la terre, je ramasse les ordures sur une plage..
Par la suite, j’ai davantage remarqué les autres initiatives écologiques existantes. Dans tous les corridors de l’hôtel, il y avait des poubelles de recyclage (verre, papier, plastique).Les bouteilles de plastique étaient disponibles sur demande seulement (vu l'eau potable accessible partout). Jamais vu pareille initiative pour une formule tout-inclus.
Dans les quartiers résidentiels, des missives  accrochées aux poteaux téléphoniques rappellent aux citoyens de préserver l’eau potable.
Laisser place à la nature...
À la brunante, des chandelles constituées de sacs de papier brun remplis de sable sont disposées partout autour de la piscine. 
D’abord le silence; les gens chuchotaient par réflexe de ne pas troubler ce moment précieux. Que le ciel étoilé, le bruit des vagues et cette chaleur tropicale envoûtante. Absolument délicieux.
Les mapaches (de la même famille que les ratons-laveurs) s’en donnaient à cœur joie et prenaient d’assaut le site n’y voyant là qu’un signe de bienvenue, eux qui sont si à l’aise la noirceur venue.
C'était magique !
 
Signé,
Maman Globe-trotteuse

www.earthday.org

    Un article du journaliste écolo Marc Allard qui promet d'aller au Costa Rica http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/dossiers/complexite-volontaire/201010/19/01-4334107-lavenir-est-au-costa-rica.php

  www.planetair.ca


Publié à 13:07, le 21/04/2010, dans AMERIQUES en famille, Costa Rica
Mots clefs : jour de la terreair famillemaman globe-trotteusecosta rica

{ Lien }

Safari au Costa Rica: survivre en jungle

Globe-trotter en famille et en redemander ? Embarquement immédiat avec Caroline, David, Ismaëlla & Alexandrine Fay

Facilement accessible via l'aéroport de Liberia en 90 minutes, nous voilà au bord de la péninsule de la playa Flamingo, dans la région de Guanacaste, au Costa Rica. Sable blanc (contrairement  à certaines plages costaricaines au sable volcanique). Un oasis d'intimité pour les voyageurs en quête d'exotisme.

Nous partons découvrir les alentours en safari nautique.

La nature est entière. L'humidité et la chaleur nous accueillent généreusement. À l'abordage: nous voilà en exploration de la flore et de la faune sur un bateau, avec quelques touristes d'une gentillesse appréciée.

Quel reptile ! Il est immense.Notre capitaine s'arrête d'îles en îles pour nous permettre d'observer des iguanas et autres reptiles plus gros les uns que les autres et des oiseaux d'une beauté multicolore. Des bruits, pas du tout rassurants, font parfois croire que nous arrivons sur la célèbre terre de l'émission Lost. Des cris de singes nous avisent, très sérieusement, de respecter leur territoire.

Nous voilà amarrés et prêts à tout pour attirer les petits singes. Le guide exhibe son arsenal lourd: des bananes bien mûres dont l'odeur attirante se répand à travers les cocotiers.

Ils arrivent en bande de toute la jungle; les singes capucins hésitent d'abord, mais se laissent envoûter par les effluves fruitières...Ils sont maintenant partout autour de nous...

-Nooooon chinge, Noooonnnnn ma Manane ! s'écrie une Alexandrine décidée.

-Hiiiiiiiiiiiii ! Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ! se défend l'autochtone.

-Maman !!!!!!!!!!!  Chinge veut ma Maaaaaanaaaaaane,continue-t-elle.

Je me retourne à babord et j'assiste à une bataille de deux petits primates:

D'un côté Alexandrine tente de défendre  son pécule jaune. De l'autre côté, son Le singe capucin rival de Alexandrine: il sera surpris le beau !intrépide ennemi, au cri strident, lui bagarre ferme la portion: maintenant devenue bien gluante. Ils semblent danser ensemble tellement ils font corps à corps.

J'envisage d'une seconde à l'autre une morsure, la rage, l'hôpital, le rapatriement d'urgence. Mio Dio !

Mais non.

Elle  a gagné la Coco. Elle s'est empriffée devant le petit être grouillant en continuant de lui hurler la bouche pleine:

-Ma manaaaaane !

Maman Globe-trotteuse joue la médiatrice pour une réconciliation bébé-chinge !

Une téméraire je vous dis. Ce n'est pas quelques frêles chinges qui allaient l'impressionner.

Ouf ! (tout de même).

J'ai finalement joué la médiatrice pour que leur relation (bébé-chinge) évolue vers un stade amical ! (lire pas du tout envie de payer un psy plus tard pour gérer une frayeur des primates).

Signé,

Maman Globe-trotteuse



Publié à 05:53, le 19/04/2010, dans AMERIQUES en famille, Costa Rica
Mots clefs : costa rica en familleair famillemaman globe trotteuse

{ Lien }

Sympathique Costa Rica !

L’hiver dernier, alors que nous avions cumulé quelques Ismaëlle impressionnée par une iguana aux pieds de notre chambre d'hôtelséjours caraibéens , j’ai eu envie d’une formule nouvelle pour rompre l’hiver québécois (des -30 degrés celsius pour nos lecteurs sudistes).
En 2000,  accompagnée de ma mère et de ma sœur, je découvrais le Costa Rica : la bonne humeur des Costaricains, le vert lumineux des terrains escarpés, les volcans, le goût des mangues achetées dans une bicoque locale. La simplicité.
Ce pays d’Amérique centrale est sans contredit le plus riche, mais aussi le plus amical et le plus sécuritaire de tous ses voisins. Il n’en fallait pas plus pour me convaincre que ma tribu allait découvrir une contrée, dont le charme est sans pareille.
http://www.lonelyplanet.com/costa-rica
 
 Sortir des sentiers battus
J’ai dû toutefois m’acharner, car dans les brochures de voyage, on valorise très peu cette formidable destination. L'explication prend elle sa source du fait qu'il n'y a pas de vol direct de Québec; il faut transiter via Toronto ?J’ai expliqué mon cas à mon agente de voyages :
« Famille globe-trotteuse désireuse de sortir des sentiers battus, mais qui traîne, hormis les valises, un bébé aux couches et une fillette de 3 ans. Un voyage-vacances du style: je veux explorer, faire la sieste, me régaler et entendre l’accent hispanophone ».
« Pas très en demande » me mentionne-elle, sceptique.
Un coup de fil au voyagiste, quelques questions (est-ce un endroit pour les petits ?) et je décidais de foncer.
Mon choix s'est arrêté sur le Flamingo beach resort qui domine la plage du même nom (bizarre, il n'y a pourtant pas de flamands roses dans ce pays).
 
La piscine du Flamingo beach resort au Costa RicaIl s’agissait d’un forfait tout-inclus (vol, transferts, repas, boisson locale) dans un hôtel 3 étoiles et demi. Le site internet m’inspirait grandement. Nous n’avons pas été déçu. Une chambre proprette au goût du jour (ça change des serviettes kitsch en forme de cygne), pas de musique à tue- tête (même si certains soirs on en aurait souhaité).
La formule tout-inclus était géniale. Pour la nourriture, il s’agissait d’une formule à la carte. Comme au restaurant, on commande ce que l’on veut. Pas de buffet gargantuesque où les gens ne savent plus où donner de la tête. Moins de gaspillage (et de calories).
Un chef américain qui fait un saut hors de sa cuisine, et ce, tous les soirs pour s’assurer du bonheur de ses convives. Un personnel aux petits soins qui n’a pas peur des petites mains dégoulinantes ou qui pouffera de rire devant le verre de lait renversé…
 Osez.
Vous reviendrez avec ce sentiment de bonheur.
 
Sympathique le Costa Rica.
Signé,
Maman Globe-trotteuse
 http://www.visitcostarica.com

 



Publié à 05:11, le 18/04/2010, dans AMERIQUES en famille, Costa Rica
Mots clefs : playa flamingocosta rica avec enfantsair famillemaman globe-trotteuse

{ Lien }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos
Facebook

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



«  Juillet 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31 

Sites favoris


Voyage-enfants Ulysse
Voyage & enfants (voir nos articles de collaboration)

Rubriques

AMERIQUES en famille
ASIE en famille
BIO FAMILLE GLOBE TROTTEUSE
CARAIBES ANTILLES en famille
ECHANGER SA MAISON
EUROPE en famille
OCEANIE en famille
ON PARLE DE NOUS !
POURQUOI PARTIR EN FAMILLE

Derniers articles

Changement de site-suivez-nous....
7 trucs sur Bali pour Stephen PM
Une belle histoire d'espoir nicaraguayenne
Voyager avec une ado 2.0 (genre)
Comment je suis devenue la marraine d'un taureau !
Échanger sa vie
Apprendre une nouvelle langue en famille
Rencontres insolites en voyage
Musarder en famille, vous connaissez ?
Vivre à 5 sur un voilier: la Famille Pirate
La Martinique en famille
Et si bébé naît en vol ? On fait quoi ?
Tankini blues
Souvenirs de 2012: bilan de la Famille Globe-trotteuse
Bali en 3 saveurs
Fremantle (Australie) : les adresses coup de cœur !
Une frousse australienne nommée cyclone
Ça sent bon la campagne australienne !
Jack le koala rédempteur
Tomber en amour avec Freo

Amis


Newsletter

Saisissez votre adresse email